Menu
Panier
Nom Prix Quantité

Total:
La livraison est calculée au moment du paiement.
Le panier est vide

“Le body positive est un mouvement social en faveur de l’acceptation et l’appréciation de tous les types de corps humains.”

Ces dernières années, on a beaucoup entendu parler de “positivité” et de “body positivité”. Le mouvement est inspiré de l’organisation The Body Positive, et il a été porté par Connie Sobczak et Elizabeth Scott dès 1996.

Le but initial du mouvement est de représenter les femmes dans toute leur pluralité, mais avec l’ampleur que le mouvement a pris, notamment grâce aux réseaux sociaux, il n’est aujourd’hui plus limité aux femmes cisgenres*, et tout type de personnes s’en sont emparé.

(*une personne cisgenre est une personne dont l’identité de genre correspond au sexe attribué à la naissance, ndlr)

Dans l’idée, on s’y retrouve. Rendre tous les types de corps visibles et aller vers l’acceptation de tous les corps dans la société, pour qu’un type de corps ne soit pas considéré comme étant plus conventionnel ou plus conforme qu’un autre.

Le body positive, un mouvement un peu trop mainstream

Seulement, ces dernières années, le Body Positive est devenu un prétexte à dérives marketing. Rendu mainstream par les réseaux sociaux, le mouvement a vite été pris d'assaut par les marques qui en profitent pour se faire de la pub. On voit du body positive partout, dans une démarche de faire acheter, de faire consommer, et on en perd sa vision et sa logique initiale.

Cette pression de devoir s’accepter et de s’aimer en toute circonstance et de manière inconditionnelle en devient presque toxique. Oui, on veut voir tous nos types de corps représentés et mis en avant. Oui, on veut faire avancer les choses et faire disparaître les discriminations et les stéréotypes qui existent et qui mettent nos corps dans des cases. On veut vaincre et dépasser la grossophobie, la maigrophobie, la transphobie, mais on en a marre de voir nos corps utilisés comme des arguments marketing.

On ne veut pas de la pression sociale qui nous fait croire qu’il faut apprendre à aimer son corps et qu’il faut l’aimer à tout prix, sous peine de ne pas avoir de valeur et/ou de mérite. Qu’on doit à notre corps une forme d’amour inconditionnel, sans prendre en compte le fait que pour certain.e.s, ça peut être un combat quotidien et une aventure difficile.

Fou la paix à ton body baby 

Alors le secret, c’est ça : apprécier son corps au sens le plus simple du terme. Il est là, c’est indéniable ; on en aime certaines parties, d’autres moins, mais ne pas se sentir pris.e de l’injonction “body positive” de l’amour et de l’acceptation à tout prix. 

Alors à tou.te.s, non, on n’a pas besoin d’aimer son corps pour avoir de la valeur et non, notre mérite ne réside pas dans notre taille de hanches ou dans la taille de notre bonnet. Tous les corps sont valides et doivent être rendus visibles, et il faut mettre fin aux stéréotypes qui les entourent, mais on n’a besoin ni de la pression sociale qui nous incombe d’aimer tous nos défauts et de mettre irrémédiablement fin à tous nos complexes, ni de celle qui nous impose de tout changer et de détester tout ce qui n’est pas considéré comme étant “dans la norme”.

Conclusion : la meilleure façon d’être body positive et d’”aimer” son corps, c’est de lui foutre la paix. 

Laissez un commentaire <3

Les commentaires sont vérifiés avant d'être publiés.