Menu
Panier
Nom Prix Quantité

Total:
La livraison est calculée au moment du paiement.
Le panier est vide

Depuis tout.e petit.e, t’es prédisposé.e à devenir «parfait.e». Les jugements et normes sociales sont partout. Dès ta naissance, tes parents, ton entourage, tes amis projettent sur toi leur prisme du comportement idéal et de la vie idéale. Mais partages-tu leur vision? 

L'omniprésence des normes sociales

Chez toi, à l’école ou au travail, les normes sociales sont omniprésentes et définissent un cadre bien délimité, en dehors duquel il est mal vu de s’aventurer.
Pour gagner l’approbation des autres et assurer ton intégration, tu t’es habitué.e à respecter ces règles. Et tu as la sensation que c’est ok pour toi car, en allant à l’encontre de ces codes, tu te fais juger ou rabaisser. Et tu n’as pas envie de ça : pas aujourd’hui, t’as la flemme ! Alors tu pars comme tout le monde à la quête d’un “idéal” qui te fera connaître le “bonheur”. “L’idéal” de qui, pour qui, pour quoi faire, pour quel “bonheur” ? Ça on sait pas, mais tu y vas tête baissée, t’imposant de procrastiner la recherche de ta personne pour éviter le conflit entre toi et la société.

Mais en balayant ce combat, tu laisses la place à un autre. Un bien plus violent. Vicieux car invisible : le duel entre toi et l’image de toi. La pression mentale que la société installe sur toi génère une incompréhension et une remise en question constante de ta personne. C’est ce qui finit par développer tes complexes, tes doutes et tes peurs. Car sortir du canevas, c’est s’exposer au jugement et à la désapprobation.

Assumer sa personnalité

 Alors que déconstuire ce qui t’a été appris est le meilleur moyen de connaître ta direction : tourne et retourne dans tous les sens ces transmissions, bouscule ta vision des choses ! Il faut que tu éloignes la brume dans ton esprit qui t'empêche d’y voir clair. Dis à ton père que tu ne veux pas être un grand médecin. Dis à ton mec que tu veux tenter l’amour à trois. Dis à ta mère que non, tu ne veux pas d’enfant.

En faisant abstraction du jugement des autres, tu peux te concentrer sur la personne que tu veux être et de la vie que tu souhaites mener : tu deviens toi-même, tu libères ton potentiel.

Assumer ta personnalité n’est pas aisée, c’est un travail du quotidien.
Tout ce dont t’as besoin, c’est plus de bienveillance autour de toi et ça commence avec toi-même. Sois indulgent.e avec ton passé, avec tes erreurs, avec ta personnalité, avec tes traits physiques et psychologiques.
Ensuite, essaye de partager cette bienveillance avec ceux qui t’entourent, ceux qui ont des projets, ceux qui tentent. Ils osent, comme toi. Et ça, c’est énorme.

Mettre de l’énergie dans le jugement, c’est ne pas en mettre sur sa construction personnelle.

Dis-nous dans les commentaires ce que t’aimerais faire sans jamais avoir osé le dire. Quel est ce rêve un peu fou que t’as rangé dans un vieux carton parce qu’on t’a dit que c’était pas sérieux ? Quelle est cette vie « pourrie » que t’as envie de mener ? Quelle est cette envie que tu rumines sans oser l’afficher au grand jour ?

Laissez un commentaire <3

Les commentaires sont vérifiés avant d'être publiés.